Archives de catégorie : Néonicotinoïdes

Insecticide nocif pour les abeilles

Néonicotinoïdes : vote de la loi biodiversité

Vote de la loi biodiversité et de l’amendement sur l’interdiction des néonicotinoïdes

 

Ca y est, après plus d’un an de débats parlementaires, le feuilleton de la loi biodiversité s’est achevé hier, 20 juillet,  avec la confirmation de l’interdiction des néonicotinoïdes en 2018, sous réserve de certaines dérogations jusqu’en juillet 2020.

Pour nous, apiculteurs, malgré des délais tardifs, c’est une victoire incontestable qui vient récompenser 20 ans de combat syndical, mené à plusieurs niveaux : une bagarre scientifique tout d’abord pour faire reconnaitre l’incidence de ces pesticides sur nos abeilles ; un combat juridique bien sûr pour obtenir l’annulation de chacune des autorisations ; et une bataille médiatique pour alerter l’opinion publique sur le déclin des pollinisateurs !

C’est également une première mondiale car la France est le premier pays à inscrire dans sa législation l’interdiction totale des néonicotinoïdes ! Le retentissement international va être considérable, d’autant plus que le vote provient d’un grand pays agricole.

Pour la suite, il va nous falloir rester extrêmement vigilants et actifs pour défendre cette interdiction et réduire au minimum les dérogations : vous pouvez compter sur l’action de l’UNAF pour cela. Dès aujourd’hui, l’UNAF en partenariat avec Agir Pour l’environnement va lancer une campagne de mobilisation des élus locaux, afin de maintenir la pression sur le sujet et montrer à nos décideurs que nous restons mobilisés sur le sujet (voir communiqué ci-dessous + mail à suivre).

Anne Furet

Chargée de projet « Environnement de l’Abeille »

Union Nationale de l’Apiculture Française

26, rue des Tournelles – 75004 Paris

Voir le communiqué de presse de l’UNAF

Utilisation des néonicotinoïdes

En attendant le vote du parlement l’UNAF a tenté

d’obtenir les chiffres d’utilisation des néonicotinoïdes auprès du Ministère de l’Agriculture.

Face au refus répété du ministre de nous les transmettre, nous les avons finalement (partiellement) obtenus à la suite de la saisine de la Commission d’Accès aux Documents Administratifs.

Vous verrez que les chiffres sont extrêmement préoccupants : 31% d’augmentation entre 2013 et 2014 malgré l’interdiction européenne. Comment espérer retrouver un bon état de santé des colonies dans ces conditions…

Voir le communiqué de l’UNAF sur la question.

Ci-dessous un article paru dans Le Monde relevant le caractère déconcertant de ces données et dénonçant le manque de transparence du Ministère vis-à-vis de l’UNAF : http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/05/27/les-insecticides-tueurs-d-abeilles-en-forte-augmentation_4927380_3244.html

Vote de l’amendement interdiction des néonicotinoïdes

En attendant le vote du parlement l’UNAF a tenté

d’obtenir les chiffres d’utilisation des néonicotinoïdes auprès du Ministère de l’Agriculture.

Face au refus répété du ministre de nous les transmettre, nous les avons finalement (partiellement) obtenus à la suite de la saisine de la Commission d’Accès aux Documents Administratifs.

Vous verrez que les chiffres sont extrêmement préoccupants : 31% d’augmentation entre 2013 et 2014 malgré l’interdiction européenne. Comment espérer retrouver un bon état de santé des colonies dans ces conditions…

Voir le communiqué de l’UNAF sur la question.

Ci-dessous un article paru dans Le Monde relevant le caractère déconcertant de ces données et dénonçant le manque de transparence du Ministère vis-à-vis de l’UNAF : http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/05/27/les-insecticides-tueurs-d-abeilles-en-forte-augmentation_4927380_3244.html

12 mai 2016 : Pour la deuxième fois, le Sénat est revenu sur l’interdiction des insecticides néonicotinoïdes.

Le vote a eu lieu et une majorité écrasante d’entre eux a refusé cette Interdiction, même repoussée à 2020.

Prochaine étape du calendrier législatif :

le vote en Commission Mixte Paritaire autour du 25 mai. 7 députés et 7 sénateurs tenteront de trouver un compromis entre la version des députés (interdiction en 2018) et la version des sénateurs (pas d’interdiction).
Si cette étape échoue, il y aura une 3ème lecture à
l’Assemblée vers le 7 juin.

Jeudi 17 mars, tard dans la nuit, l’Assemblée Nationale a adopté l’interdiction des néonicotinoïdes en 2018. Deux heures de débats pour une interdiction obtenue à l’arrachée, (seulement 2 voix d’avance)   grâce à l’engagement des députés qui se battent à nos côtés depuis plus d’un an.

Si nous devons accueillir ce vote comme une vraie satisfaction tant cela était inimaginable quelques heures avant le débat, nous devons rester extrêmement vigilants car :

  1. le Sénat va devoir confirmer cette interdiction en 2ème lecture et cela est loin d’être gagné : apiculteurs, ONG environnementales et élus engagés à nos côtés devront redoubler d’efforts pour le maintien du texte tel quel.
  2. Si elle est confirmée par le Sénat, l’interdiction entrera en vigueur au 1er septembre 2018 soit dans plus de deux ans. Et en deux ans, de nombreux évènements peuvent venir remettre en question une interdiction qui a de nombreux ennemis…

Par ce message, nous tenions surtout à vous remercier pour tout le travail que vous avez fait vers vos élus. Nous savons que vous avez été nombreux à les contacter et que les élus ont été très sensibles à ces prises de contact. Votre travail a été indispensable pour nous permettre d’en arriver là où nous sommes aujourd’hui.

Et vous l’aurez compris, vous serez de nouveau mis à contribution pour le 4ème round, la deuxième lecture au Sénat !

Merci encore pour votre mobilisation et bonne journée,

Voir le communiqué de presse de l’UNAF

Rappel de procédure et de calendrier :

– 18 mars 2016 : adoption de l’interdiction des néonicotinoïdes en 2ème lecture à l’Assemblée Nationale

– 3 mai : début de l’examen du texte en 2ème lecture au Sénat, en Commission développement durable

– 10 mai : début de l’examen en séance au Sénat

–  Mi-mai ou fin mai : si les sénateurs n’adoptent pas l’interdiction dans les mêmes termes que l’Assemblée, la disposition sera examinée par une commission mixte paritaire composée de 7 députés et 7 sénateurs

– Si échec : 3ème et ultime lecture à l’Assemblée Nationale (mi-juin).

 

Néonicotinoïdes le sénat a voté contre l’amendement

Dans le cadre des débats sur la loi biodiversité, le Sénat a rejeté l’amendement d’interdiction des néonicotinoïdes.

Vous trouverez ci-dessous le communiqué de l’UNAF avec d’autres organisations apicoles, environnementales et paysannes dénonçant ce rejet.

A cette adresse, vous pourrez lire le compte-rendu des débats.

Dans quel sens vos sénateurs ont-ils voté ?

– L’amendement visant à l’interdiction des néonicotinoïdes a fait l’objet d’un vote à main levée (procédure normale). Nous ne disposons donc pas du détail des votes.

– Néanmoins, l’amendement présenté par Chantal Jouanno – également rejeté –  et visant à l’interdiction des traitements de semences de céréales à paille avec des néonicotinoïdes a fait l’objet d’un scrutin public et donc d’une comptabilisation des voix. Cet amendement n’allait pas aussi loin que celui que nous avions proposé mais il allait dans le bon sens, puisqu’il interdisait le blé enrobé avec du Gaucho. Vous retrouverez le détail des votes à cette adresse : http://www.senat.fr/scrutin-public/2015/scr2015-126.html . Vous pouvez partir de cette base pour « positionner » votre élu et lui faire connaitre vos remarques concernant son vote.

Merci encore à tous pour votre mobilisation qui n’a pas été inutile puisqu’elle a fait (légèrement) évoluer les sénateurs en comparaison du vote de la résolution sur le sujet de début 2015. Cela n’a pas été suffisant à ce stade mais nous avons bon espoir d’être en mesure d’obtenir mieux en deuxième lecture à l’Assemblée nationale.

Vous trouverez ci dessous le communiqué commun des organismes qui ont soutenu l’amendement contre les néonicotinoïdes:

                       Communiqué de  presse commun

Le Sénat protège les néonicotinoïdes au mépris des abeilles, de la biodiversité et de la santé publique

Aujourd’hui, dans le cadre de l’examen de la loi biodiversité, les Sénateurs ont rejeté l’interdiction des néonicotinoïdes.

Alors que la démonstration scientifique est faite et indiscutable que les néonicotinoïdes sont extrêmement dangereux pour notre environnement et que les premiers signes d’impact apparaissent sur la santé humaine,

Alors que l’ANSES a récemment rappelé qu’en l’absence de mesures de gestion renforcée, « l’utilisation des néonicotinoïdes entraîne de sévères effets négatifs sur les espèces non-cibles qui fournissent des services écosystémiques incluant la pollinisation et la lutte intégrée »,

Alors qu’aujourd’hui même une équipe internationale impliquant l’INRA révèle qu’en augmentant le nombre et la diversité des insectes pollinisateurs, on accroît le rendement des cultures de plus de 20 % en moyenne à l’échelle mondiale,

Alors que l’amendement a reçu un soutien exceptionnel dans le cadre de la consultation sur la plate-forme Parlement et citoyens (99,6% de votes favorables),

Alors que le gouvernement a soutenu l’amendement visant à interdire les néonicotinoïdes en enrobage de semences au 1er septembre 2017,

Nos organisations environnementales, apicoles et paysannes dénoncent fermement le rejet de cet amendement et le déni scientifique et démocratique que ce vote représente.

L’amendement et son sous-amendement, adoptés en lieu et place de cette interdiction sont une provocation faite aux apiculteurs et aux défenseurs de la biodiversité et de l’agriculture paysanne. Fuyant leurs responsabilités, les sénateurs ont choisi de ne rien décider et de laisser au ministre Stéphane Le Foll la décision de mettre en pratique les recommandations de l’ANSES, pourtant précédemment qualifiées d’inapplicables par la ministre de l’Ecologie.

Nos organisations, avec le soutien des citoyens, poursuivront leur travail vers les députés pour obtenir enfin, et une fois pour toutes, l’interdiction de ces produits.

 

 

 

Avis de l’ANSES sur les néonicotinoïdes

Vous l’avez certainement lu dans la presse. L’agence française d’évaluation des pesticides (ANSES) vient de rendre un avis sur les néonicotinoïdes. Bien qu’il reconnaisse « les sévères effets négatifs de ces pesticides », l’avis ne va pas assez loin : il préconise des mesures de gestion renforcée là où une interdiction pure et simple est nécessaire.

La ministre de l’Ecologie Ségolène Royal a réagi à l’avis de l’ANSES en envoyant un signal relativement positif aux apiculteurs et aux citoyens, indiquant que la question sera débattue par les Sénateurs dans le cadre de la loi biodiversité dès mardi (lire la réaction complète à cette adresse).

Dans ces circonstances, nous ne pouvons que vous recommander de solliciter encore une fois vos élus ! A quelques jours du débat, vous pouvez leur écrire par mail  Les parlementaires sont sensibles aux demandes de leurs électeurs, cela peut donc avoir une réelle portée sur le vote des sénateurs. 

Sur ce dossier, nous avons besoin de toutes les énergies.

Voir le communiqué de presse de l’UNAF

 

 

Amendement interdiction des néonicotinoïdes

l’UNAF  avec 13 autres organisations appelle à la mobilisation de nos élus sur le passage le 19 janvier en 2ème lecture au parlement de la loi sur la biodiversité avec son amendement sur l’interdiction des  néonicotinoïdes.

Nos sénateurs avaient voté contre l’interdiction. Il est tard mais peut être parmi vous il y a quelqu’un qui a une bonne relation avec un sénateur et qui peut lui en parler.

L’UNAF avec 13 autres organisations a rédigé plusieurs fiches pour aider a convaincre nos sénateurs
une proposition d’amendement, qui  peut être consultée  ici

  • une fiche explicative à remettre aux élus  a également été rédigée elle peut être téléchargée ici
  • un argumentaire sous forme de questionnaire vrai ou faux qui peut être consulté ici